Il existe dans le désert chilien un camp de concentration oublié de tous, sauf peut-être d'Augusto Pinochet et de Roberto Zaldivar. Son nom : Chacabuco. Des barbelés et une pancarte : «danger champ de mines». L'ancienne carrière de salpêtre de Chacabuco dans le désert d'Atacama a gardé l'aspect du camp de concentration qu'il fut sous Pinochet. Un ex détenu, gardien de camp improvisé, témoigne de ce passé oublié Chacabuco, point invisible sur les cartes fut entre 1973 et 1974 l'un des plus grands camps de prisonniers de la dictature hébergeant jusqu'à 2.500 opposants. (image by Sepeau David)
Il existe dans le désert chilien un camp de concentration oublié de tous, sauf peut-être d'Augusto Pinochet et de Roberto Zaldivar. Son nom : Chacabuco. Des barbelés et une pancarte : «danger champ de mines». L'ancienne carrière de salpêtre de Chacabuco dans le désert d'Atacama a gardé l'aspect du camp de concentration qu'il fut sous Pinochet. Un ex détenu, gardien de camp improvisé, témoigne de ce passé oublié Chacabuco, point invisible sur les cartes fut entre 1973 et 1974 l'un des plus grands camps de prisonniers de la dictature hébergeant jusqu'à 2.500 opposants.
©Sepeau David
lightstalkers.org/davidsepeau | View all images in this gallery | Play audio slideshow | Feed-icon-10x10-dim Subscribe via RSS
www.davidsepeau.com
www.michardardillier.com
Icon-previous Icon-next